Rencontre avec un auteur libre: Alexis

6812988091_0696e481d7_z

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

En bref, je m’appelle Alexis, j’ai 26 ans et je suis diplômé en Langues et Littératures Romanes à l’ULB (Université Libre de Bruxelles). J’ai commencé à écrire sérieusement à 16 ans, sur des forums de roleplay. Par la suite, je suis passé à des nouvelles et de la poésie. Mes écrits me ressemblent : généralement réfléchis et pourtant toujours brouillons. Je suis comme ça, un brin paradoxal, on va dire.

Maintenant que nous te connaissons un peu mieux, pourrais-tu présenter tes écrits ?

Outre une vingtaine de nouvelles, il y a les Lunaires, des poésies que j’ai écrites il y a quelques années et La Révolution Altéïenne, le résultat du NaNoWriMo de 2015 qui est ma première tentative de passer à un format plus long.

Quel est ton genre d’écriture de prédilection ?

J’aime bien toucher un peu à tout, mais je me plonge toujours avec plaisir dans l’écriture de textes contemplatifs ou réflexifs. En matière de genre, j’apprécie beaucoup le fantastique et le réalisme magique, qui n’en est pas si éloigné que ça.

Pourquoi as-tu choisi une alternative au droit d’auteurs classique et quelle licence utilises-tu ?

Par respect avec ma conception du droit d’auteur. J’ai eu l’occasion de croiser il y a quelques années un petit-fils de Maurice Maeterlinck, seul auteur belge ayant reçu le Prix Nobel de la Littérature. L’ayant-droit défendait le projet désormais enterré d’ACTA. Cet homme avait déjà gagné beaucoup d’argent par le simple fait de descendre d’un auteur célèbre, mais il se battait pour en avoir plus. J’avais devant les yeux la démonstration de la dérive à laquelle peut mener le droit d’auteur tel qu’il existe aujourd’hui. Après avoir étudié un peu le sujet, je me suis rendu compte qu’il fallait changer de paradigme. Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, j’ai décidé de diffuser mes œuvres sous la licence Creative Commons.

Où peut-on trouver tes histoires hors Wattpad ?

Sur mon blog, mais également sur Scribay, où je suis un peu plus assidu et où j’aime participer aux défis que les gens se lancent. J’utilise Atramenta surtout pour la création d’un e-book que je peux ensuite diffuser facilement.

Donnes-tu l’opportunité à tes lecteurs de te soutenir (financièrement ou autre) ? Si oui, quels systèmes utilises-tu ?

J’ai utilisé Flattr pendant un temps, mais le projet a l’air d’avoir un peu de plomb dans l’aile. Je songe depuis un moment à Tipeee et je finirai bien par me lancer un jour.

Hormi l’écriture de fictions, crées-tu d’autres œuvres artistiques sous licence libre ?

Pas pour l’instant, mais je compte bien expérimenter prochainement d’autres moyens d’expression et rester dans la licence libre. Peut-être sur YouTube ?

Quels sont tes auteurs préférés, qui t’inspirent ?

De mes lectures, j’ai retenu Borgès et Vian pour les univers délirants, Rimbaud et Brel, pour les images véhiculées par les mots (« La chaleur se vertèbre. / Il fleuve des ivresses. / L’été a ses grand-messes / Et la nuit les célèbre. / La ville aux quatre vents / Clignote le remords / Inutile et passant / De n’être pas un port », c’est pas magnifique, ça ?), Baudelaire pour le style (parfois un peu daté, mais bon).

Mais au final, je n’ai pas vraiment d’auteur préféré, mais une tonne d’influences. Et je ne parle même pas des gens que j’ai lu du temps où je trainais sur des forums de roleplay et qui ont tous changé ma façon d’écrire.

Que conseillerais-tu à un jeune auteur qui hésite à déposer ses histoires sous licence libre ?

Je lui conseillerais de réfléchir un instant au fait qu’en France, seulement 5 % des auteurs touchent plus que le SMIC, au fait que les idées doivent rester libres pour voyager, que le plus grand bonheur d’un écrivain, ce n’est pas d’être lu, c’est d’être repris, trahi et moqué. La façon dont la diffusion se fait à l’ère du numérique a changé. Le droit d’auteur changera lui aussi. Autant prendre le train en marche.

Voudrais-tu rajouter quelque chose, concernant ton art, ta vision de la culture, qui n’a pas été traité dans les questions précédentes ? (Tribune libre)

Je pense que j’ai fait le tour. Si j’ai la place pour une citation, j’ajouterais bien ceci :

« Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient — le mot n’est pas trop vaste — au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. »

Victor Hugo, Discours d’ouverture du Congrès littéraire international, 7 juin 1878.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout !

Vous pourrez retrouver Alexis sur les réseaux/sites suivants :

 

Ce billet et ce blog vivent grâce à vous. N’hésitez pas à me soutenir, que ce soit avec un Prix Libre, en me soutenant sur Tipeee, et en partageant ce billet autour de vous. Vous pouvez également me suivre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Diaspora.

Partager ce billet:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestFlattr the author

Les commentaires sont clos.