Les journalistes ont de moins en moins bonne presse!

Aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, j’ai vu quelque chose qui m’a font bondir. Un blogueur que je suis régulièrement et que j’ai déjà cité de nombreuses fois dans mon antre, Ploum, a écrit un superbe article sur la tactique de l’entraîneur de l ‘équipe de foot belge, Marc Wilmots. Alors, non, je vous rassure tout de suite, ne vais pas parler de football, je vais juste m’attarder à ce qui s’est passé. Bien que je n’apprécie pas forcément le foot, j’ai lu l’article de Lionel et je l’ai vraiment trouvé chouette. Très bien écrit, il fait le tour de la toile, est repartagé par Rodrigo Beenkens, etc…

 

presse

 

En ouvrant mon fil facebook, je vois un commentaire d’une personne que je suis : la RTBF Sport a repris entièrement l’idée et écrit son propre billet. Premier tollé des internautes, annonçant le plagiat, le journaliste ayant écrit ce billet explique qu’il a repris le tout sur un article de l’AFP. Mais respectueux, il rajoute donc le lien vers le billet original, celui de Ploum. D’autres internautes ont constaté également que la FIFA et d’autres sites d’infos reprennent également l’article de l’AFP, que ce soit dans leur application mobile ou sur leur site. En aucun cas l’AFP ne cite l’auteur ni l’idée originale.

commentaires

Extrait des commentaires sur le site de la RTBF.

 

Voilà ce qui me fait quelque peu hurler : Les journalistes accusent les blogueurs de tous les maux, et qu’ils sont la cause des baisses d’emploi dans les agences de presse. Ils ne se gênent pas pour faire retirer un de leur contenu retrouver sur un blog, et parfois font pression et menaces sur les blogs (désolé, j’ai vu plusieurs billets de ce type pendant quelques années mais je n’ai jamais copié un tel lien, je ne peux donc pas vous en fournir en ce moment). Parce que pour utiliser un contenu hors utilisation personnelle d’une agence de presse, il faut payer une licence, un droit d’utilisation. Par contre, ces journalistes, eux, ne se gênent pas pour copier allègrement idées et contenu d’un blog, et ce sans respecter la licence accordée par son auteur. Le pire dans tout cela, c’est que la licence accordée à Ploum est minime : il ne fait juste que demander de mettre un lien vers son article original.

 

Alors, oui pour moi les journalistes ne font plus leur travail, à savoir chercher l’information et informer. Ils ne font que se copier les uns les autres, sans même prendre le temps de vérifier l’information. On le voit souvent dans les articles, en bas de ceux-ci, on remarque leur source quand elles sont professionnelles : source Belga, source AFP, etc… Ils continuent également à induire en erreur leur lectorat en employant des termes inexacts ( un petit exemple : comment est utilisé le terme hacker par les journalistes). Dans la copie des informations et idées, ils sont les rois, il est même déjà arrivé plusieurs fois que les articles du site parodique legorafi soient repris tels quels !

 

Pour finir sur note personnelle, et même si cela ne rajoute pas grand chose à mon billet, récemment, ma dernière interaction avec une journaliste m’a bien refroidi également : suite à mon article sur les faits à se remémorer avant de rentrer dans l’isoloir, une journaliste travaillant pour le site du soir m’a contacté. Elle me demandait si je pouvais lui fournir des contacts de personnes désirant boycotter les élections ! Greg, toujours bien gentil et un peu naïf, demande donc autorisation à ses contacts pour les mettre en relation avec la journaliste. Je la préviens de ma démarche, pas de réponse. Et voilà le pire : non seulement j’ai fait son travail de recherche, je lui envoie un mail avec plusieurs contacts, jamais eu de réponse, ni même un quelconque accusé de réception. (D’ailleurs, les personnes qui m’ont donné leur coordonnées, avez-vous été contacté?)

 

Alors, messieurs et mesdames les journalistes, c’est bien beau de cracher sur les blogueurs. Mais avant de vous permettre de donner des leçons, balayer dans votre porte, respectez vos sources, et faites votre travail. Parce que tant que vous continuerez à faire du copier-coller, j’inviterai tous mes concitoyens à devenir des mécréants qui affament les journalistes.

 

(PS: Je tiens juste à dire que tous les journalistes, bien sûr, ne sont pas pourris, j’en connais plusieurs qui tiennent à coeur à fournir une information correcte, de qualité, et je les en remercie!)

 

Vous aimez mes petits articles ou histoires? Vous voulez me soutenir ou me remercier? Choisissez la façon qui vous convient le mieux!

 

Image de Blu-news.org sous licence CC BY-SA

14 Commentaires

  1. Joli billet avec lequel je suis entièrement d’accord 🙂 J’en ai marre de la presse traditionnelle. Trop souvent, ils ne font pas un vrai travail de recherche et ne vérifient pas leurs informations.

    Sans compter les titres racoleurs juste pour qu’ils aient des vues pour les revenus publicitaires. Je me souviendrai toujours de ce magnifique titre du journal Le Soir bien avant la fin des dépouilles : « La NVA rafle tout, y compris la clé du pays ». Pas de conditionnel, rien…

    • Avatar
      LeGourou DesCariboux

      Les élections fut un délice pour montrer à quel point le journalisme de maintenant est mauvais (certains plus que d’autre)
      Je pourrais montrer plein d’exemple mais les deux que je garde en tête c’est le fait de montrer tel ou tel parti vainqueur hors que seulement 10% des bureaux de votes avaient fini de compter (mais cela ils ne le précisaient pas)
      et ce qui m’a frappé aussi c’est le traditionnel « monté de nationnalisme en Flandre » hors que lorsqu’on regarde les chiffres, le nationnalisme flamand avait justement diminué par rapport aux anciennes élections (je vous rappele que c’est le NVA ET le Vlaams Belang qui représente le nationnalisme flamand, pas rien que la NVA…)

      Enfin bref, assez déçu de l’attitude des journalistes de notre époque (pas tous heureusement!) et aussi des gens qui suivent tous le temps ces journaux à sensations… et ainsi alimente leurs pouvoirs…

  2. « c’est bien beau de cracher sur les blogueurs »

    Pff, cette petite gueguerre entre journalistes et bloggeurs devient vraiment ridicule, des deux côtés.
    Autant le journalisme peut être foireux, autant l’analyse des bloggeurs est en générale pleines de préjugés (la cause du mauvais travail des journalistes s’applique tout autant sur le web. En d’autres termes: remplacez tout les journalistes par des bloggeurs, et vous aurez la même chose) et ressemble à des pleurnicheries de personnes immatures choquées après avoir pris pour eux une remarque faite par un idiot.
    Et surtout, toutes ces histoires relèvent du conflit de voisinage: un jour un méchant journaliste a écrit un article critique, et il faut le rappeler sur tout les articles de blog (en oubliant totalement que c’est parfaitement normal vu le nombre d’articles tout aussi cons qui eux disent du bien des blogs).

    • Tout à fait d’accord que ça s’applique partout sur le web, à ceci près que les journalistes sont en principe liés à une certaine déontologie, ce qui n’est pas attendu du quidam lambda qui se balade sur la toile…

      • Tout à fait! En tant que blogueur, je n’affirme pas être objectif, ce qui à mon sens doit l’être pour un journaliste. Cette histoire de copie est, pour moi, d’une hypocrisie totale, comme je l’ai expliqué. Pression sur les petits blogs pour atteinte au droit d’auteur, et eux ne se gênent pas pour copier sans citer de source alors que la licence est libre et ne demande qu’une citation. Je vous invite à lire le commentaire de Sekun, et de voir surtout la vidéo où Nadia Bouria explique la situation de la presse, son constat est assez édifiant!

        • L’objectivité du journalisme est un mythe. Un journaliste oriente forcement les faits qu’il présente.

          Et personnellement, je préfère ceux qui annonce clairement de quel coté ils penchent plutôt que ceux qui se prétendent neutre et qui font passer des kilos d’idéologie sous couvert d’objectivité et de neutralité (genre le monde).

          Sinon, ploum, j’aime bien, mais il raconte aussi pas mal de connerie, la plupart du temps par manque de culture politique.

        • > « Pression sur les petits blogs pour atteinte au droit d’auteur »

          C’est ça l’élément qui me dérange.
          Les journaux ont des départements qui s’occupent de ça, et ils s’attaquent à tout le monde. Sans doute même plus les autres journalistes (mais j’avoue que je ne connais pas les chiffres).
          Ce qui me dérange, c’est la vision nombriliste et ensuite désinformative des blogs: les faits sont totalement compatibles avec la situation où un journal envoie 99 messages à d’autres journaux et 1 message à un bloggeur, et le bloggeur s’écrie: « houlàlà les méchants, ils font pressions sur les petits blogs ».

          > « et de voir surtout la vidéo où Nadia Bouri … »

          J’ai juste regardé le début de la première vidéo, où l’interlocutrice explique que le journalisme est rongé par la désinformation … générée par Twitter.
          Bizarrement, sur les blogs, on ne reprend qu’un seul son de cloche, celui de la déontologie perdue du journalisme, et (et c’est là que ça me dérange) on ressort la vieille anecdote perdue au fond des temps qu’un journaliste a une fois dit du mal des bloggeurs. Cette « information » est beaucoup moins intéressante à diffuser que l’analyse de la responsabilité de Twitter (même si j’ai rien contre Twitter ou les blogs, il faut juste accepter le bon comme le mauvais). Mais les blogs montent ça en épingle et s’alimentent là-dessus en croyant réellement que c’est important.

          > « En tant que blogueur, je n’affirme pas être objectif »

          C’est également l’excuse qui renforce mon opinion sur l’hypocrisie de ce genre de discours. Lorsque le journaliste, il y a longtemps, il a dit du mal des bloggeurs, il disait justement exactement ça. Du coup, c’est totalement hypocrite d’un côté parler du méchant journaliste et de l’autre dire qu’il avait raison quand ça nous arrange. Même chose pour la vidéo: finalement, la concurrence des « bloggeurs/twitteurs » non déontologiques ont poussés les mauvais journalistes (et les moins mauvais, par effet de marché) à être encore moins déontologiques, à être plus populistes. Et être populistes, ce n’est pas uniquement parler des stars de la Télé Réalité, c’est également répandre à la première occasion des « analyses » qui expliquent que les journalistes sont pourris, que les politiciens sont pourris, que les organisations sont pourries, que les grévistes sont pourris, …
          (l’important étant les guillemets autour de analyses: pas de problèmes à pointer les défauts de ces groupes (et il y en a), sauf que souvent, c’est du gros préjugés et des théories à la mors-moi-le-nœud où on conclut au complot alors qu’il y a 10’000 autres façons d’expliquer les faits plus réalistiquement (mais p-e pas plus simplement))

          Les bloggeurs apportent beaucoup de choses utiles. Mais comme je l’ai dit, il faut prendre le bon avec le mauvais. Sauf que pour l’instant, sur la lamentable chamaillerie bloggeur-journaliste, j’ai vu aucun bloggeur (et aucun journaliste non plus, mais je n’ai plus vu de journalistes anti-blogs depuis longtemps) avoir une analyse qui était sensée, c-à-d qui reconnaissait les défauts des blogs et le nombrilisme de l’affaire.

          • Je dois avouer que je ne vois pas en quoi Twitter est un problème pour le journalisme. Dire que la désinformation dans la presse est générée par Twitter n’a aucun sens et est une piètre excuse de la part des journalistes. Ça en revient encore et toujours au même problème : trop de journalistes ne prennent pas le temps de vérifier leurs sources.

            Après, il faut identifier d’où vient ce problème. Les journalistes eux-mêmes ne prennent-ils pas le temps ou n’ont-ils pas le temps parce que leur rédacteur en chef les presse trop ? Quel que soit le cas, c’est un problème qui nuit gravement à la qualité de la presse actuelle et qui devrait être traité.

            Je note aussi que, quand un article de journal cite sa source (ce qui est déjà relativement rare), cette dernière sera rarement un lien permettant de remonter aisément à cette dernière, permettant de vérifier sa fiabilité. Souvent, nous avons juste droit à « AFP » ou « Belga » (et parfois d’ailleurs, des pitoyables copies conformes de leurs dépêches), mais aucune information concernant le ou les sources où le journaliste a été piocher des informations complémentaires.

            Tout ceci, plus les titres racoleurs destinés juste à obtenir des vues pour leurs publicités font qu’une certaine presse devient de moins en moins crédible. Il persiste de la bonne presse, mais elle se fait de plus en plus rare et c’est une triste chose…

          • Avatar
            LeGourou DesCariboux

            Le gros soucis c’est que les journalistes sont souvent prit au sérieux et on une grande, très grande expositions et du coup une grande influence sur les gens. Si maintenant RTL et la DH passait un mois a parler du danger de la fermeture des systèmes d’Apple (sujet pris au hasard je vous assure) les gens y seraient bien plus touché qui si les bloggeurs en parleraient sans cesse durant un mois.
            je ne défend ou ne critique ni l’un ni l’autre mais j’en veux plus à quelqu’un disant des anneries à 100 personnes qu’à celui qui le dit à 10 personnes

            Les journalistes ont plus de responsabilités et certains l’oublient rapidement

          • @ PLPeeters:
            Loin de moi l’idée de déresponsabiliser les journalistes, mais il faut reconnaitre les mécanismes globaux et tout les acteurs qui y participent. On a une partie stupide du public qui d’un côté rigole de la presse en disant qu’ils sont plus lent que Twitter, on a une partie stupide du public qui aime l’approche « sensationaliste » de Twitter (pas dans le sens « la nouvelle copine de Johnny » mais dans le sens « une nouvelle faille découverte sur le site de l’UMP »), on a des rédacteurs en chef stupides qui va donc « s’adapter à internet » (le truc que bcp aiment critiquer: « bof, si les journaux gagnent moins, c’est qu’ils ne se sont pas adapté à internet, normal qu’ils meurent ») et pousser leur rédaction à faire soit plein, soit une partie de « web-buzzing ». (j’ai dis entre autres « une partie »: parfois, c’est vu comme un mal nécessaire pour à côté pouvoir s’occuper des infos qui sont vraiment importantes.)

            On notera également que quand Twitter reprend une connerie, c’est normal, Twitter n’est pas un vrai journaliste. Mais quand Twitter reprend un truc vrai et légitime, c’est la preuve qu’on peut se passer du journalisme et que ceux-ci font du mauvais boulot.

            Un exemple qui m’avait choqué, c’était l’histoire du prof qui menace de raconter la fin de Game of Throne pour calmer ses élèves. Certains ont crié à la preuve de l’incompétence de la presse. Mais désolé, ce genre d’information est purement divertissante, et franchement, elle ne mérite pas de vérification (en quoi le fait que cette histoire (plausible par ailleurs) n’a pas réellement eu lieu change quoi que ce soit). Inversement, elle a été une info qui a été très très visitée sur les sites d’info.
            Bref, c’était une très bonne chose de la part des journalistes: ils donnaient une info « légère » qui plaisait à leur public qui étaient là pour des infos légères et qui auraient punis le journal s’ils ne les avaient pas eu (en allant voir ailleurs). Et ceux qui se sont plaint étaient à côté de la plaque car ils ne faisaient pas la différence entre une info légère et un article de fond.

            Moi, ce qui m’intéresse, c’est une analyse pertinente de la situation, qui décrit les mécanismes en court. Et dans ces mécanismes, Twitter joue un rôle en tant que nouveau concurrent qui pousse le journalisme à s’adapter en abandonnant une partie de leur déontologie. Ensuite, on peut jouer à la bataille de zizi de qui est responsable de quoi. C’est tout aussi stupide et immature que de se disputer entre voisins. Je remarque juste que bcp de bloggeurs tiennent vraiment bcp à cette bataille de zizi et que c’est un peu lamentable. C’est ce que j’ai voulu signaler en intervenant ici.

          • Je suis bien d’accord avec une partie de votre analyse, et l’exemple de GOT me parle pas mal (même si je n’ai pas été voir cela sur un site d’informations). J’imagine que cela a du être publié sur du Sudpresse ou autre médias du style en Belgique. Mais au plus je vous lis, au plus je pense que vous vous méprenez sur mon intention. Oui, il y a encore des journalistes qui font du bon boulot et qui sont consciencieux. Je trouve juste hypocrite, lamentable et malhonnête de cracher sur des blogueurs les menacer et faire pareil en « piquant » des articles de blog (le cas de Ploum n’est pas le premier arrivé à mes oreilles, une de mes connaissances a arrêté tout simplement de bloguer parce que tout ses écrits s’étaient retrouvés dans un canard sans être cité). Ce n’est pas une question de celui qui a le plus gros zizi, c’est une question de respect et d’honnêteté intellectuelle, point. (Mon histoire avec cette journaliste sortie à peine sortie des études n’est pas ma première mésaventure avec la presse, je ne l’ai pris que pour illustrer le manque de respect dont on fait preuve (et je ne me voile pas la face, lorsqu’on voit certains blogs, c’est pareil, pas de respect des sources, même si cela est moins visible, mais vécu par une de mes relations sur Google + et Twitter).

            En fait, je pense que vous vous êtes arrêté trop tôt dans les explications de Nadia dans la vidéo, ce qui m’a le plus frappé c’est son analyse sur le procédé du travail d’information à RTL (et je pense même que votre dernier commentaire est un bon complément à cela). Les explications de Michel Collon, sont elles aussi excellentes, et montre bien la non objectivité du journalisme.

          • « Ce n’est pas une question de celui qui a le plus gros zizi, c’est une question de respect et d’honnêteté intellectuelle, point »

            C’est justement cette petite pleurnicherie sur les méchants journalistes qui ont manqué de respect et d’honnêteté intellectuelle qui est pour moi digne de cour de récré ou de dispute de voisinage.

            Oui, quand un type dit « le chien de mon voisin fait du bruit à 21h10 » et que son voisin dit « c’est hypocrite et malhonnête intellectuellement, vu que hier, il a écouté la musique à fond jusqu’à 21h30 », et bien je trouve ça ridicule et je leur demande d’avoir la maturité de s’en rendre compte. Même si le chien n’a en réalité pas fait de bruit, même si le voisin dit que c’est une question de respect.

            Il y a plein de problèmes dans le journalisme actuel. Par contre, sur la majorité des blogs, un débat intéressant est tué dans l’œuf par le fait que les bloggeurs ne savent pas passer outre cette anecdote (elle-même assez contestable: si on a eu 100 articles pro-blogs et 1 article anti-blog, les bloggeurs continuent à dire que les journalistes sont méchants).

  3. Concernant la presse belge, ou pourrait rappeler ceci: http://www.les-crises.fr/la-desinformation-dans-les-medias/

Les commentaires sont clos.