Un petit topo sur les licences Creative Commons

your-guide-finding-free-creative-commons-images-and-other-media-online.1280x600

Il y a quelques jours, on m’a posé la question suivante : « Comment fait-on pour mettre une licence Creative Commons sur une oeuvre ? » C’est vrai que je parle souvent de ces licences, que mon blog et tous mes écrits sont placés dessous. Je n’en avais jamais fait le tour, par contre, dans un billet. Voici donc un petit topo sur les licences Creative Commons pour le néophyte !

Si j’ai choisi de placer mes créations dans ces licences, en lieu et place d’un copyright à l’ancienne, c’est parce qu’elles sont modulables et rentrent en totale adéquation avec ma vision du « droit d’auteur ». Elles promeuvent quelque chose qui se perd, le partage (mais ma vision de la culture n’est pas le but de ce sujet, je vous invite à lire le billet « pourquoi je soutiens une littérature et une culture libre »).

Tout d’abord, la première chose à savoir est que cela s’applique à toute œuvre artistique. Non les licences Creative Commons ne se limitent pas à l’écriture (que ce soit des nouvelles, des thèses ou des articles scientifiques). Si vous êtes musicien, vous pouvez très bien placer vos chansons sous ces licences. Eh oui, même sur Youtube, vous pouvez placer vos créations en les mettant sous Creative Commons. Photographe ? Aucun souci non plus ! D’ailleurs Flickr gère très bien ces licences !

Ensuite, la seule démarche que vous ayez à faire est tout simplement d’annoncer la licence en la joignant à votre création. Vous ne devez pas vous enregistrer quelque part pour y inscrire tout ce que vous avez créé. Ce n’est pas plus compliqué que cela ! Et pour répondre à d’éventuelles questions, oui, les licences de ce type ont de véritables valeurs légales (pour ce genre de questions, je vous invite par contre à prendre contact avec les gars de Creative Commons de votre pays, et vous verrez, ils vous répondront assez vite).

Attaquons-nous maintenant aux différentes licences, car oui, il y en a plusieurs. Vous avez certainement remarqué, si vous vous êtes déjà intéressé à la question, qu’il y a différents pictogrammes attaché aux licences. Vous pouvez un peu les moduler comme vous le souhaitez, il y a d’ailleurs un très chouette outil pour vous aider à faire votre choix, accédez-y par ici).

Voici un bref résumé de tous ces pictogrammes, qui sont des clauses de licence :

logo_creative-commons-by_sBY : En fait cela signifie attribution. Si vous copiez, redistribuez une création, la personne doit être mentionnée, avec un lien vers l’œuvre originale. Vous la retrouvez généralement dans toutes les clauses.

saSA : Share Alike : Cela signifie partage dans les mêmes conditions. Si une de vos œuvres est  modifiée, elle doit avoir la même licence que votre œuvre originale.

logo-cc-nc-creative-commonsNC : Non Commercial. On ne peut en aucun cas, faire un usage commercial de l’œuvre que ce soit une copie, redistribution ou une modification sur l’oeuvre.

logo-cc-nd-creative-commonsND : Non-Derivative : l’œuvre peut être copiée, redistribuée, mais en aucun cas altérée ou modifiée.

 

Voilà ! Ce n’est pas très compliqué, comme vous le voyez ! Et vous pouvez donc mixer ces clauses :  vous aurez donc une licence CC BY-SA, mais aussi BY-NC-SA, BY-NC-ND, etc… au total cela fait six licences possibles (vous pouvez les consulter dans leur totalité ici ). À noter également que certaines licences ne rendent pas une oeuvre « libre » (dans le sens culture libre). Si vous appliquez une clause NC ou ND, vous supprimez automatiquement certains droits à l’utilisateur, et donc vous ne « libérez pas » votre œuvre.

Ce n’est pas tout ! Vous avez également une dernière licence, à part. Pour moi, c’est le plus beau geste qu’un créateur puisse faire à ses œuvres et à ses fans (je dois dire que j’ai même un peu peur de mettre cette licence pour mes créations, mais je suis sûr qu’un jour je ferai le pas) : la CC-0. Cette licence, est en réalité, la mise en place de votre œuvre directement dans le domaine public. Vous donnez donc votre travail sans contrepartie (j’entends par là que n’importe qui peut faire ce qu’il veut de vos créations sans devoir vous créditer). Pouhiou, par exemple (oui, je sais, c’est toujours les mêmes que je cite, mais j’ai adoré la démarche de Pouhiou ainsi que le cycle des Noénautes), a directement placé ses livres Noénautes et sa série Cul Pouhiou sous cette licence.

cczero

Et la licence Art Libre ?

Je ne me suis pas encore beaucoup attardé sur la licence Art Libre, et je pense que d’autres pourront mieux vous expliquer tout cela que moi. En lisant la licence proprement dite, on constate qu’elle donne les mêmes droits que la licence CC BY-SA. Elles sont d’ailleurs compatibles entre elles ! Vous pouvez lire l’intégralité de la licence, sur le site internet artlibre.org

Voilà, je pense avoir fait un tour rapide de la question, et normalement vous ne devriez pas avoir besoin de plus d’informations que ce que j’ai énoncé plus haut. Alors n’hésitez plus, adoptez les licences Creative Commons ! (Et pourquoi, après avoir franchi le pas, essayer aussi le concept du Prix Libre ? )

 

Ce texte vit grâce à vous. N’hésitez pas à me soutenir, via un Prix Libre, selon votre choix et de le partager autour de vous.

Partager ce billet:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestFlattr the author

Un Commentaire

  1. Perso, j’utilise la double licence CC-BY-SA / Art Libre. Lorsqu’une œuvre est placée sous double licence, l’utilisateur peut choisir laquelle il utilisera lorsqu’il modifiera l’œuvre. J’aime bien la licence Art Libre car elle est issue d’un collectif d’artistes et qu’elle est claire (il n’y a pas plusieurs licences Art Libre). Bref, c’est surtout une question de goût, d’où la double licence ^^

    Ah, et petite précision : même si une œuvre est sous licence CC-0, on doit citer l’auteur, car cela relève du droit moral qui est inaliénable…

Les commentaires sont clos.