Pressformore : une nouvelle manière de s’informer et rétribuer l’info.

pfm

Je n’aime pas aller sur les sites d’informations traditionnels. Premièrement, ils ont un parti pris dans le traitement de l’information qui me gêne énormément (mais ce n’est pas dont ce je vais parler ici). Ensuite, les trois-quart des informations ne m’intéressent pas le moins du monde. Sans compter que bien souvent, si un article est ultra intéressant, il faut payer pour pouvoir le lire dans son entièreté.

Il y a une initiative toute jeune qui résout la majeure partie de ce problème : Pressformore. Ce projet, je le suis déjà depuis plus d’un an. Il est 100 % belge, et je fus un des premiers bêta-testeurs. Le système n’est disponible pour l’instant qu’en anglais, cependant, pas de panique, tout le guide d’utilisation est déjà en français ! En tout cas, ses concepteurs sont ultra-motivés et prévoient d’autres ajouts et fonctionnalités sous peu !

Alors, comment ça marche?

La première fonctionnalité, c’est de filtrer le contenu qui nous intéresse. Lorsqu’on s’inscrit, on est directement invité à créer un premier « strew ». Ce pseudo-nom barbare est un réalité un fil d’actu. Par exemple, j’en ai deux : le premier est consacré à la technologie et la vie privée, le second axé sur la culture. Dans ce strew, vous allez indiquer les catégories que vous souhaitez suivre, et vous pouvez affiner l’affichage avec des mots-clés supplémentaires. Une fois que votre fil est créé, il suffit de cliquer dessus. Tous les contenus partagés sur la plate-forme selon vos critères s’afficheront. Si vous souhaitez un autre tutoriel en français, je vous invite également à lire le billet de Pilgrimwen (qui a fait plein de captures d’écrans toutes jolies et tout et tout).

exemple d'affichage d'un strew

exemple d’affichage d’un strew

Oui, mais j’ai déjà des feedly et autres lecteurs de flux.

L’affichage des flux RSS et autres ne permet pas de sélectionner uniquement les sujets qui vous intéressent. C’est tout ou rien. Mais en plus, Pressformore permet bien plus : vous pouvez discuter à la suite de l’article, un peu comme les commentaires d’un article de presse ou de blog. Vous pouvez aussi vous intéresser à ce que vos amis ont partagé sur le système (vous recevez des notifications lorsque vos contacts partagent quelque chose). Mais en plus, Pressformore permet de rétribuer les rédacteurs !

Rétribuer (et supporter) les rédacteurs.

Le système fonctionne comme Flattr. Vous mettez un montant mensuel, et à la fin du mois, celui-ci sera réparti entre tous les contenus que vous avez « pressés ». Donc si vous avez mis 5 euros et fait 10 clics, chaque contenu recevra 0,50 centimes (moins la commission de la plate-forme, bien entendu). Le système n’est donc pas très compliqué (et fonctionne avec Mangopay).

Je crée des choses. Comment être rétribué ?

Ce n’est pas très compliqué. Chaque « producteur » dispose d’une clé, qu’il va insérer sur son site ou le système où il diffuse ses créations. Par exemple, pour mon blog, j’ai utilisé le plugin Add Meta-tag, et j’y ai inséré ma clé producteur (comme je l’ai fait pour Carott). Bien sûr, la rétribution ne se limite pas qu’aux blogs ! Vous pouvez par exemple, me rétribuer sur Wattpad via Pressformore ! Dans ce cas, j’ai juste mis ma clé producteur en mot-clé dans mon histoire (vous pouvez le voir sur Opération Bombe Humaine). Vous pouvez utiliser votre clé sur Soundcloud, Vimeo, Youtube, Tumblr,… et tous les sites où vous savez y insérer une balise meta. Pour la plupart des plate-formes, l’intégration ne demande qu’un copier-coller, et donc se fait en quelques secondes. N’hésitez donc pas à utiliser PressForMore pour être soutenu !

J’aime énormément Flattr et Carott. Mais ces deux systèmes ne permettent que de la rémunération. On ne peut rien filtrer dans le catalogue de Flattr (qui en plus est ultra buggé). C’est la grande force de Pressformore : pouvoir dialoguer avec son audience très facilement. D’avoir le choix de ce que l’on veut voir. Le mélange de toutes ces fonctionnalités est une première. Et pour moi, c’est ce genre de système qui est l’avenir de l’information. Je vous invite donc à l’essayer, à presser. Un peu comme Ploum le proposait pour Flattr : mettez un petit montant chaque mois pour vous faire une idée sur le système. Parce qu’ici c’est vous qui décidez de la pertinence de l’information. On ne vous impose rien. C’est un pas de plus vers une société de pair à pair, où audience et créateurs sont sur le même pied d’égalité.

Ce billet et ce blog vivent grâce à vous. N’hésitez pas à me soutenir, que ce soit avec un Prix Libre, en me soutenant sur Tipeee, et en partageant ce billet autour de vous. Vous pouvez également me suivre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Diaspora.

Partager ce billet:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestFlattr the author

7 Commentaires

  1. L’idée d’une clé unique pour diverses plateformes est ingénieuse! Avec ce système, tu n’es pas limité à une seule plateforme 🙂

  2. Ça a l’air intéressant! J’irais jetterais un œil
    Merci du partage 😉

  3. C’est peut-être une impression mais il me semble que les initiatives de presse alternative explosent pour l’instant. J’espère qu’elles ne vont pas se tuer dans les pattes les unes des autres à se faire trop de concurrence dans un marché encore assez étroit.
    Mais soit, je m’interroge par rapport au concept du « strew ». Ca a l’avantage de te permettre de cibler, mais du coup ça te laisse aussi tourner en « ronron », ça ouvre moins à d’autres aspects dont tu ne soupçonnes pas l’intérêt… mais que par contre tu pourrais découvrir au hasard des pages d’une publication généraliste. Ou est-ce que je simplifie trop ?

    • Ben déjà, rien ne t’empêche de créer un strew avec toutes les catégories. Tu peux aussi consulter les strews d’autres personnes si je me rappelle bien (tout comme voir ce que postes tes contacts). Donc non, tu peux toujours faire de donnes découvertes et ne pas te limiter à tes sujets de prédilections.

      • Le strew n’est qu’un filtre. Comme le souligne Greg, libre à chacun de faire son choix 🙂 PFM laisse libre l’utilisateur. Libre de qualifier chaque contenu soumis à PFM. Libre de s’exprimer sur chaque contenu. L’internaute est donc au centre du système, qu’il soit simple lecteur ou créateur 😉

  4. Retour PingCarrot et Pressformore: un autre Flattr est-il possible? - Blog à part, troisième époque

  5. Retour PingCréation de contenu et financement en 2016 - Blog à part, troisième époque

Les commentaires sont clos.