Du sentiment de solitude sur Facebook

Ce billet est la partie 3 sur 4 de la série Facebook m'à tueR

 

Régulièrement, je vois, et si vous êtes sur Facebook également, des personnes qui partagent une image avec un texte du genre «  On va voir qui lit mes statuts, donnez-moi un mot qui me définit, et partagez cette image. Comme ça on verra qui est mon ami, et qui me lit vraiment ! (et blablabla, c’est toujours un truc du genre). Oui, sur Facebook, tu as beau avoir 3428 amis et demi, cela ne reste qu’un chiffre. Et ce n’est pas parce qu’on est la personne « ultra hype mainstream » avec sa horde de copains qu’on se sent suivi et lu sur ce réseau social.

aloneinfb

En fait, à toutes ces personnes qui partagent ce genre de statut, je voudrais dire juste une chose : arrêtez de vous tracasser. Parce que ce n’est pas forcément volontaire de vos amis, de ne pas liker vos statuts et les partager. Mais c’est vrai, vous voulez partager une information importante, quelque chose qui vous a fait vibrer pendant la journée, et le résultat est que vous vous êtes pris un bide, personne n’a liké ou repartagé, et vous avez eu l’impression d’avoir parlé à un mur (oui, le jeu de mot est intentionnel, même s’il est bien pourri). Vous vous demandez alors si les gens lisent bien ce que vous écrivez et partagez, et vous avez l’impression d’être seul, entouré par tous ces contacts qui sont censés être vos amis (ce terme est vraiment inapproprié pour Facebook je trouve, mais c’est un autre débat), ce qui résulte en un sentiment de frustration et sentiment de solitude.

En fait, il y a pas mal de choses à savoir sur ce type de réseau social, et qui vous permettront de relativiser quelque peu. C’est également certaines des raisons qui font que je ne suis pas un fan de Facebook et de ses procédés, mais lorsqu’on veut absolument partager découvertes et créations, il faut obligatoirement être sur ce réseau, à cause de sa fréquentation au-dessus de la moyenne.

La première chose à savoir est que l’heure à laquelle vous allez poster va être déterminante. Prenons un petit exemple : vous postez un méga truc de la mort qui tue qui devrait plaire à la moitié de vos contacts, à 9h du matin. A cette heure-là, la majeure partie du monde travaille, et donc, en toute logique, ne verra pas votre statut (ou alors vous avez un boulot où vous ne foutez pas grand-chose, dans ce cas-là, prévenez-moi, que je postule). Et lorsque l’heure de pointe va arriver, pléthore de monde va partager tout et n’importe quoi à tort et à travers, ce qui fait que votre message va être noyé dans la masse, et votre visibilité équivaudra à avoir crié sur le toit de l’Everest, où personne ne peut vous entendre.

Ce n’est néanmoins pas le pire, parce que ce que je viens d’expliquer n’est somme toute que de la pure logique, ce qui est le plus grave, est qu’en réalité Fessie décide en réalité pour l’utilisateur ce qu’il doit voir ! Vous allez déjà faire un premier petit test : mettez votre fil d’actu Facebook sur votre ordinateur et lancez l’application sur votre téléphone portable. Vous constaterez en même pas une minute que ce que vous voyez sur l’un et l’autre est sensiblement différent, et que les statuts de certains de vos contacts s’affichent sur un support et pas sur l’autre. Ce n’est néanmoins pas tout, car Fessie, pour décider de ce qui sera affiché dans le fil d’un utilisateur, se base sur algorithme qui va analyser toute votre activité sur le réseau (et en dehors, grâce aux petits boutons traceurs, que je décris par ici).

J’imagine que, comme moi et beaucoup d’autres, vous vous êtes demandé ce que devenait l’un ou l’autre de vos contacts sur Facebook, que vous n’aviez plus vu aucune activité de sa part depuis belle lurette. En cliquant sur son profil, c’est la stupéfaction : il est super actif, partage plein de choses, et vous ne les avez jamais vues ! Hé oui, mon coco, mais Facebook se base sur tes likes, et comme tu n’as jamais aimé une de ses photos, partagé un de ses articles, Fessie s’imagine tout simplement que ce qu’il poste ne t’intéresse pas et donc décide de ne rien afficher concernant ce contact ! Tout ce qui est affiché dans votre fil l’est par la volonté de Facebook, par tous les likes que vous faites, la musique, les films que vous aimez et les pages auxquelles vous êtes abonné et avec lesquelles vous interagissez ! Un journaliste en a fait l’expérience, et a décidé de liker tout ce qu’il voit sur le réseau : son résultat est sans appel, en moins d’une journée, il ne voyait plus aucune publication de ses contacts (vous pouvez lire son billet ici, en anglais).

Parlons un peu maintenant de mon cas personnel, de certaines choses que j’ai constatées, et qui vont étayer un peu tout cela pour que vous vous fassiez bien à l’idée. La semaine dernière, Robin Williams est mort. J’ai partagé un article sur le suicide chez les comiques, où le taux de dépression est assez sévère. Un de mes contacts a partagé cet article, et j’ai liké son statut. Une de mes amies a vu mon activité de like dans le flux (vous savez le truc à droite de votre écran qui montre l’activité de vos copains). Et par là, sans être en relation avec cette personne, a été liker son statut, alors qu’elle aurait dû voir mon partage dans son fil. Un deuxième exemple, un de mes contacts a été partager un de mes articles via une tierce personne (aussi dans mes « amis »), alors qu’elle aurait dû le voir chez moi, qui suis le « posteur » originel. Donc, pour toute personne ne comprenant pas le mécanisme de Facebook, la frustration et le sentiment de solitude, suite à ce genre de chose va augmenter. Et là, je vous rétorquerai juste : si vous avez partagé un tel article, c’est pour qu’il soit vu par un grand nombre de personnes, non ? Alors pourquoi se soucier de savoir que ce soit absolument vous qui avez posté ce statut en premier ? La course au like, à la renommée, est-elle plus importante que le fait de passer une information ou une idée ?

Pour terminer, je vais parler des partages de mes articles. Vous comprenez donc pourquoi, il m’arrive de partager encore et encore certains billets sur ce type de réseau social. Je ne suis pas le seul, je le constate chez d’autres blogueurs que je suis régulièrement. Parce qu’on remarque lorsqu’on analyse le nombre de vues de certains de nos articles par rapport à nos followers, on constate bien que ceux-ci ne lisent pas forcément nos billets, ou qu’ils ne les ont pas vus. Alors on partage, encore et encore, parfois à écœurer certaines personnes qui nous suivent fidèlement et qui ont déjà vu cet article passer plusieurs fois. On utilise la technique du marronnier, rebondissant sur l’actualité pour repartager un de nos billets qui expliquait déjà bien avant ce que l’actualité est en train de traiter. Ce n’est pas pour une course au like que nous pratiquons ce genre de choses, mais bien comme je l’ai dit plus haut, pour faire partager nos idées. Et on espère, à force, que l’algorithme de Facebook nous aidera à ce que notre article soit propagé.

Je le dis donc, pour conclure ce billet un peu plus long, ne vous tracassez pas si vous ne ramassez likes et partages tout le temps. N’en veuillez pas à vos contacts, qui n’en peuvent pas grand chose non plus, étant tributaires de Facebook pour l’affichage des actualités. Et si vous souhaitez un réseau social qui vous respecte et ne trie pas ce que vous devez voir, vous pouvez venir faire votre marché ici et opter pour un réseau social libre.

Ce blog est à prix libre, car pour pouvoir continuer à écrire, j’ai besoin de votre soutien. Découvrez comment me soutenir selon votre choix!

Series Navigation<< Des rumeurs de porc…Touche pas à ma propriété intellectuelle, méchant Facebook! >>
Partager ce billet:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestFlattr the author


9 Commentaires

  1. ACTA 😀 (pour répondre a l’image ^^ même si ce n’est pas là le but de ton billet xD)

    Personnellement, ce genre de personne je les virais moi même de mes connaissances FB
    Faut dire aussi que j’avais de gros critère de sélection sur ce site ^^ On passe nos journées a fréquenter des personnes qu’on a pas toujours envie, alors une fois tranquille chez soi, si on peut faire le tri, faut le faire!

    « ce qui est le plus grave, est qu’en réalité Fessie décide en réalité pour l’utilisateur ce qu’il doit voir ! » C’est fait pour plaire aux publicitaire et aussi pour plaire a la plupart des utilisateurs. Je ne trouve pas cela si choquant au final l’algorithme de sélection de contenue que fait FB (ou Fessie ^^), cela permet bien souvent aux utilisateurs d’avoir ce qu’ils veulent directement ou avoir des propositions plus susceptible de leurs plaire. Bien évidemment le mauvais coté c’est être tracé et faire gagner de l’argent a certains qu’on voudrait pas, mais même sans cet algorithme de tri de contenue on se ferait tracer, alors tant qu’a faire… autant avoir un petit plus qui aide

    • Je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas à un ordinateur de décider ce que je dois voir ou pas, le choix doit rester mien. Et dans le cas de Facebook, il existe un système de liste, que j’utilise énormément. Je n’ai pas tendance à l’unfriending (c’est arrivé deux ou trois fois, mais je ne vais pas rentrer dans les détails), parce que n’importe qui pourrait avoir un jour un lien intéressant à partager.

      • Moi aussi je préfère recevoir une liste complète plutôt qu’une liste trier par FB (d’ailleurs ce serait pas mal qu’ils permettent le choix) et comme tu dit n’importe qui peut un de ces jours poster un truc qui t’intéresse.
        Mais nous ne sommes pas tout le monde et j’en connais que cela arrange pas mal ce tri sélectif.

        • Quand je parle des listes, je ne parle pas des pseudos liste de Facebook, mais bien des listes que j’ai créé moi-même selon mes propres critères, comme une liste Pirate par exemple 😉

          • Oui j’avais compris ^^
            c’est mit qui ai utilisé un mauvais mot, désolé, je voulais dire le fil d’actualité par défaut

  2. Bonjour,
    Je découvre ce blog, c’est bien sympa.
    Je partage tout à fait le point de vue que ce n’est pas à une machine de décider pour moi ce que je dois voir ! C’est une des raisons principale qui m’a décidé à sauter le pas et fermer mon compte Facebook l’année dernière. J’ai pourtant un peu galéré à appuyer sur le bouton « Confirmer », si si !
    Je comprend ton (je te tutoie hein) point de vue sur le fait que Facebook sert à diffuser des messages, etc. Et que c’est pratique pour diffuser des messages à caractère publiques. Je le comprend, certes, mais j’ai fait le choix de ne plus compter sur Fessie 😉 pour que mes messages passent. Ce n’est pas que j’aie des messages très importants à passer, la plupart du temps c’était pour diffuser des photos des concerts de mon groupe, mais je préfère ne pas utiliser ce canal. Je sais pertinemment que j’ai perdu 95% de mon audience, mais je m’en fous complètement. Je choisis la liberté d’être moins entendu, tant pis. Je ne veux plus participer au fait qu’on ne soit plus rien publiquement si on utilise pas Facebook. J’exagère un peu, mais c’est pas loin.
    Autre chose toute bête, je préfère également que 99% de mes ex « amis » facebook ne me souhaitent plus mon anniversaire, et que 1 ami y pense de lui même.
    Bref, j’arrête, je suis en train de m’emballer 😉 je colle ton blog dans mes favoris !
    Bonne continuation !

    • Merci!

      Oui, j’ai déjà pensé moult fois à fermer mon compte Facebook. Je n’y vais plus beaucoup cependant, préférant des réseaux tels que Diaspora, mais je vais de toute façon poster mes billets dessus. Et le jour où les gens auront compris que l’avenir et le respect de leurs données se trouvent dans des alternatives libres, mon compte sera fermé!

      Merci pour ton petit mot!

  3. Il faut aussi prendre en compte -pour n’importe quelle réseau social- l’addiction aux « likes » et autres retweets. Comme les stats sur nos blogs (dans mon cas en tous cas) les partages et interactions sur les sites sociaux nous rendent accros.

    • Je pense que c’est encore une autre problématique, même si cela se rejoint. J’en parlerai dans un billet futur 😉

Les commentaires sont clos.