Greg, le retour: une semaine plus tard

Salut à toi, le jeune, le plus ou moins jeune, le vieux et le plus ou moins vieux !

Allez , avoue que ces petites punchlines d’introduction t’avaient manqué ! Ne dis pas le contraire, je sais que c’est faux, et que d’ailleurs, moi aussi je suis dans un tel cas !

Il faut que je me réhabitue à écrire, quoi de mieux que  mon livre à Diatribes pour un tel exercice, n’est-ce pas ? Et puis, ça va être encore l’occasion de parler de ma semaine, qui n’a pas été de tout repos. Oui, un retour sur la toile, je dois bien avouer que je m’attendais à avoir peu de remarques ou de visibilité après tout ce temps où j’ai passé à faire le mort. Bref, le nombre de réactions un peu partout sur la toile, m’a fait chaud au cœur. Mais on en reparlera un peu plus bas.

Sortir de sa bulle, alors qu’internet est un élément anxiogène pour moi, n’a pas été sans mal. Depuis vendredi, ou j’ai annoncé mon retour et en rediscutant timidement sur les réseaux sociaux, mon anxiété a fait un bon en avant. De vendredi jusqu’à mercredi, ce n’est pas bien compliqué, je me suis remis à vomir le matin. C’est en train de se tasser maintenant, mais le début de semaine a été très difficile (surtout que côté professionnel aussi, je suis sorti de ma zone de confort en allant renforcer un autre équipe). Et je n’ai pas chômé non plus.

La remarque qu’ Alias m’a fait sur Utip m’a fait me rendre compte que j’avais bafoué un de mes principes : toujours bien étudier la question avant de se faire une opinion. J’ai donc été visité la plateforme et ce n’était pas le système que l’on m’avait décrit au début, à savoir que pour soutenir quelqu’un il suffisait de regarder des pubs. J’ai donc été « espionner » le compte d’Alias et cestdoncvrai pour voir comment ça marche, et il ne m’a pas fallu plus d’une heure pour l’adopter et le tester dans tous les sens. Tu peux donc dès à présent me soutenir sur cette plateforme, soit en regardant des pubs si tu as pas un copeck, ou faire des dons ou télécharger certaines de mes histoires à Prix Libre. Ne te tracasse pas, le billet qui décortique tout le système arrivera dans la semaine.

Cependant, je vais certainement te faire rire en te racontant l’anecdote suivante : pour recevoir des petits sousous dans ma popoche, je dois valider mon identité. J’envoie donc une copie de ma carte d’identité. Une première fois. Le lendemain, message de utip : votre identité est refusée. Bon ok, j’avais mis Greg au lieu de Grégory, je change donc mon prénom pour mettre ce mot à 3 syllabes. Je renvoie, la copie de ma carte : refusé à nouveau. Je ne comprends pas, je retourne la question dans tous les sens, et je me décide à contacter Alfred, le gars du support (oui oui, quand il y a un problème, il faut contacter Alfred. Je soupçonne les créateurs de cette plateforme d’aimer un certain richard qui aime se travestir en chauve-souris). La réponse d’Alfred fut la suivante :

« Le souci est simplement que vous avez inversé votre nom et votre prénom sur notre plateforme. Il vous suffit de les remettre chacun au bon endroit, et à faire un nouvel envoi, cela devrait fonctionner. »

Bref, le gars du support informatique, censé détecter ce genre de conneries, répète lui-même ce genre de bêtises ! Un peu honteux, je remercie Alfred et lui adresse mes excuses pour mon inattention. Comme quoi, ce sont les cordonniers qui sont toujours les plus mal chaussés !

Et sinon, que dire de plus ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pendant tout ce temps loin de mon pc ? IL faut savoir que lorsque le médecin m’a arrêté au janvier, m’approcher de mon ordinateur me mettait dans un état pas possible. J’ai d’ailleurs dû, pour me réhabituer à approcher un écran, reprendre une vieille habitude : les mmorpgs. Et avant cela, mon portefeuille a été délesté de plusieurs centaines d’euros pour que je passe mes nerfs sur des figurines japonaises, pas spécialement faciles à monter. Mais le résultat est plutôt joli aussi.

 Oui, je suis toujours un grand gamin, et Seiya reste un de mes modèles


Oui, je suis toujours un grand gamin, et Seiya reste un de mes modèles, ce héros de mon enfance qui se relève toujours, quoiqu’il arrive. J’assume parfaitement, je le clame haut et fort, le petit greg enfant profite du vieux pour être satisfait ! (et la photo ne les montre pas tous, j’en ai encore bien plus!) Je crois que tu peux voir des photos plus récentes sur instagram.

J’ai commencé un autre sorte de thérapie. Quand j’étais ado, tu l’as peut-être lu, je me suis pas mal mutilé le corps. J’ai recommencé. Alors, avant de me hurler dessus, lis la suite. Depuis ado, je voulais des tatouages. Et j’ai franchi le pas. Je me suis fait deux tatouages sur les bras, venant du groupe Disturbed (le pourquoi de ce choix, ce sera pour un autre billet !, qui viendra sous peu, où je parlerai des morceaux qui m’ont profondément marqué cette année). Oui, j’ai déjà plusieurs idées de billets sur le feu ! Mais d’abord, va falloir que je retravaille encore un peu mon site pour l’adapter à utip, créer mon billet sur le blog sur le décorticage chirurgical de cette plateforme… J’ai de quoi m’occuper ces prochaines soirées !

Et petite anecdote, mon tatoueur est devenu un pote. On a déjà en projet le suivant, et j’ai passé mon après-midi hier à bidouiller son pc qui a décidé de participer à la compétition de l’ordinateur le plus lent. Et puis, c’est un bon anar comme moi, on aime la même musique, et son franc-parler est juste terrible. Il m’a d’ailleurs fait quelque éloges que voici :

 Et en retour, il m'a apporté lui aussi son bouquin, que j'ai lu en deux temps trois mouvements, tant la lecture est agréable


Et en retour, il m’a apporté lui aussi son bouquin, que j’ai lu en deux temps trois mouvements, tant la lecture est agréable. Si le monde du tatouage t’intéresse, je t’invite à essayer de trouver une des rares copies qui existent encore « Mémoires d’un tatoueur, Jean-Michel Snoeck. Ha tu pensais que j’allais montrer mes tatouages? Eh bien si tu es sage, je les montrerai un jour. (Ou si tu te débrouilles sur le net, je crois que tu peux les voir sans trop de soucis).

Et sinon, je voulais aussi dire un grand merci à Axelanderya qui a annoncé en grande pompe mon retour sur son blog ! Alors, tu vas me dire qu’avec tous ces petits mots et attention, je dois avoir les chevilles ou le cou qui enfle selon ta région, j’assume. De temps en temps, un petit boost à l’ego ça ne fait pas trop de mal.

Allez, je vais continuer à préparer mes prochaines bafouilles et je te dis à très bientôt !


Ce billet et ce blog vivent grâce à vous. N’hésitez pas à me soutenir, que ce soit avec un Prix Libre, et en partageant ce billet autour de vous. Vous pouvez également me suivre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Diaspora.

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.