Se remémorer certains faits avant de rentrer dans l’isoloir.

Dans une semaine, nous, belges, irons voter. Non pas pour une élection, mais bien trois : les européennes, le fédéral et aux régions. Il est selon moi, essentiel de se rappeler certains points avant de rentrer dans l’isoloir, et je vous propose donc ma réflexion à ce propos. Certaines de mes affirmations ne seront pas entièrement documentées avec des liens, car vous pourrez trouver ces derniers dans divers billets de ce blog. Mais, attaquons-nous à ce qui m’a le plus marqué durant cette législature.

5558757294_c1e87b2c54_z

Le TSCG

Vous vous rappelez du TSCG ? Non ? J’en parle dans mon article « Vous reprendriez bien un peu de vaseline ? ». Ce mécanisme limite la liberté d’action d’un état en ayant des obligations au bon vouloir de personnes non élues, l’exemple typique de mise en place de ce système étant la Grèce avec toutes ses mesures d’austérité. Tout parti ayant fait partie d’une majorité durant cette législature a voté pour l’adoption de ce système. La palme de l’hypocrisie revenant bien sûr à Ecolo, qui a voté pour ce traité nauséabond dans les majorités où ce parti est présent, tout en dénonçant le mécanisme lorsqu’il se trouvait dans l’opposition au fédéral. Comme quoi, chez Ecolo, on prend aussi le citoyen pour un con.

Ces libéraux qui travaillent pour les lobbyistes, au mépris des personnes qui les ont élus.

Ici, la liste peut être longue. Notre commissaire européen, Karel de Gucht, qui tient à ce que tous les mécanismes profitant aux corporations soient adoptés, et ce au mépris total des libertés de ses concitoyens. Il a tout fait pour que ACTA soit mis en œuvre, il fait son forcing pour mettre en place le TTIP/TAFTA (voir aussi mon article recensant les liens qui traite de ce mécanisme ultra-néfaste), tout en trempant dans des affaires de corruption, délits d’initiés et autres (une petite recherche internet à son propos et vous risquez de tomber de haut). Mais il n’est pas seul dans le cas, notre Louis Michel a fait également très fort en déposant pléthore d’amendements mettant à mal la vie privée des européens. Bien sûr, en assumant aucunement, en rejetant toute la faute sur ses collaborateurs.

Les socialistes qui n’ont de social que le nom

Ici encore, la liste pourrait être tellement longue, mais je vais parler uniquement de ce qui m’a le plus choqué durant cette législature. On commencera donc par la destruction d’acquis sociaux, en mettant sur le carreau des milliers de jeunes qui n’auront plus droit à aucune allocation de chômage. Le pire, c’est que du travail, on en trouvera de moins en moins, les machines remplissant de plus en plus de tâches à merveilles (et pour juste paraphraser, aucun parti de la majorité ne prend en compte ce changement de paradigme). Mais bien sûr ce n’est pas tout ! Nous avons vu nos libertés beaucoup plus restreintes qu’auparavant ! Un exemple, ce 17 mai, ou 250 personnes manifestant pour les droits de tout un chacun se sont vu arrêtées de manière totalement arbitraires, sur ordre du bourgmestre socialiste de Bruxelles. N’oublions pas non plus, le traçage systématique des communications électroniques de chaque citoyen belge (voir la Belgique et l’Europe se transformerait-elle en un état policier?) Et ce n’est pas le seul exemple, pléthore de cas ont été recensé ces derniers mois, et les énumérer tous prendrait trop de temps. A Charleroi une chasse au mendiant a également été lancée. Ce qui me fait le plus vomir aussi, c’est les récupérations politiques à outrance, comme pour les cafés suspendus, gentiment repris par Laurette à son compte sur Facebook (images et statuts ont vite été supprimés suite au tollé que cette histoire a provoqué). A noter également que les familles des élus socialistes ont belle presse: que ce soit la famille à Demotte, Di Rupo, Laurette,… tous trempent dans des affaires un peu… spéciales.

Ces humanistes complètement déshumanisés

Ici aussi, on pourrait écrire un roman sur le CDH. Rien que notre amie Joëlle a de beaux cadavres dans son placard. Il y a quelques jours, j’ai été voir sa page wikipédia, pour une recherche. Dans les liens susmentionnés, on parlait de l’affaire où une personne l’aurait menacée sur Facebook. Cette personne bien sûr, ayant été arrêtée. Curieusement, l’article de la RTBF parlant de cette affaire a mystérieusement disparu (lien numéro 12 de sa page wikipédia). N’oublions pas non plus sa dernière affaire en date, celle du collège Saint Michel. Je vous invite à lire ou relire l’article de Marcel Sel à ce propos. Les humanistes n’aiment pas non plus les mendiants. Au pouvoir à Namur, ils sont entrain de réfléchir à mettre en place des règlements communaux pour interdire la mendicité dans cette ville. Un dernier point qui m’a choqué aussi fut le nombre de candidats ayant eu des démêlés avec la justice lors des précédentes élections communales: rien que sur la liste liégeoise, deux personnes avaient un casier judiciaire bien remplis!

Laurent Louis, le « dissident » girouette

Celui là aussi, plus besoin de le présenter. Mais sans rentrer dans la propagande médiatique faite à son encontre, il y a des faits qui sont facilement vérifiables. Je vous invite à lire deux billets : Laurent Louis, le JVCD de la politique, qui explique bien toutes les contradictions de monsieur Louis, ainsi que le bon billet de Ploum : le député pour qui personne n’a voté. Il suffit également de voir dans ses relations, une bonne entente avec le fasciste antisémite Alain Soral, que ses relations sont douteuses et fait de lui un homme dangereux.

Les tromperies et abus de confiance.

Il n’est pas rare de voir des « élus » (diantre que je n’aime pas ce mot, je préférerai le terme mandataire), renoncer à leur mandat lors d’élections ultérieures. Un exemple récent, il suffit de prendre le cas de Paul Magnette. Ministre des transports à l’époque des élections communales, il abandonne son poste pour prendre la place de bourgmestre à Charleroi. Pareil pour Elio, qui bien que premier ministre se présente à Mons pour rester maitre du bourg. N’est-ce pas tromper l’électeur que de se présenter à une élection, ne pas siéger ou simplement abandonner son poste ? Je trouve ce genre de pratique inadmissible. C’est à se demander quel est l’intérêt de voter (j’y reviendrai plus tard). Un autre exemple où le choix des électeurs n’est pas pris en compte, et montre bien qu’ Ecolo a appris les leçons de ses grands frères. Lors des élections communales, à Boisfort, Martine Payfat, bourgmestre sortante, se fait jeter comme une vulgaire chaussette alors qu’elle obtient avec sa liste 33 % des voix. Les autres partis se liguant, rejetant le premier parti dans l’opposition et faisant qu’un tiers des voix des habitants sont ignorés. Des exemples comme cela, nous en retrouvons à chaque élection, ce qui est fort malheureux, et trompe les électeurs.

Alors, boycott ?

Je vois beaucoup de personnes défaitistes, et on ne peut leur donner tort, décidant de boycotter les élections. Bien que je les comprenne, boycotter ne résoudra pas le problème, tout simplement parce que les bulletins nuls, votes blancs et abstention ne sont pas pris en compte dans la répartition des sièges, ce qui n’est pas démocratique non plus ! Pourtant, des alternatives existent dans les petits partis. Mais ces personnes sont tellement désabusées qu’elles amalgament ces jeunes partis motivés pour changer les choses à ces mastodontes qui nous ont abusés pendant des années. J’ai moi-même été dans ce cas, mais en réfléchissant bien, je me suis bien rendu compte qu’une abstention, même massive, ne résoudrait pas le problème. Parce que les « fanboys » des partis iront tous aux urnes. Ce qui fait que rien ne changera. Tandis que donner sa chance à des jeunes mouvements permettrait de changer la donne. Peut être pas à cette élection-ci, mais si ceux-ci font du bon boulot, ils gagneront en force et en crédit. Certes les élections ne sont pas réellement démocratiques, mais alors pourquoi ne pas donner sa voix à un parti qui se bat pour l’instauration d’une démocratie directe et participative? Surtout que nous avons à présent les outils technologiques permettant une telle société.

Alors, que faire ?

Je ne dirai pas pour qui ou quoi voter. Pour les brabançons, je vous invite à lire l’article de Nico : De l’indigence de l’offre électorale en brabant-wallon (ainsi que son autre billet: je vous hais, qui explique aussi avec beaucoup d’exemples la non prestation de mandat). De ne pas oublier de lire les programmes des partis afin de ne pas tomber de Charybde en Scylla. D’analyser ce que ceux au pouvoir ont promis et ont accompli durant la législature comme promesse. De regarder, comme je l’ai fait, ces partis qui continuent à détricoter le pays et restreignent les libertés et avoirs des citoyens, et de ne plus leur accorder aucun crédit en donnant une chance à d’autres. C’est cela être citoyen. C’est de notre devoir de changer les choses, et ne jamais oublier que l’on a le pouvoir de faire et de défaire. C’est notre devoir de s’intéresser à la politique, car elle régit notre quotidien, et que si on continue à laisser faire, nous n’aurons plus rien. Et comme je l’ai dit, ne jamais oublier que nous avons le pouvoir de changer les choses. A nous de saisir ce pouvoir et de l’utiliser.

Vous aimez mes petits articles ou histoires? Vous voulez me soutenir ou me remercier? Choisissez la façon qui vous convient le mieux!

Image de Ahmed Abd El-Fatah sous licence CC BY-NC-SA

Partager ce billet:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestFlattr the author

Un Commentaire

  1. Bonjour,

    Au sujet du TSCG, de l’article 63§2 et du Grand Marché Transatlantique, l’ultime horreur économique que la Commission européenne tente de nous imposer (quitte à procéder à de multiples arrestations arbitraires), je vous invite à découvrir la lettre ouverte du mpoc-Liège sur http://liege.mpoc.be/html/TSCG_Ne-votons-pas-pour-eux.htm (détail des votes des parlementaires belges) et à signer la pétition https://www.lapetition.be/en-ligne/Arrestations-arbitraires-lors-de-la-tentative-de-blocage-de-l-european-business-summit-14490.html

    Merci pour votre travail de réflexion

    Christophe

Les commentaires sont clos.