Opération Bombe Humaine – 32

Ce billet est la partie 31 sur 32 de la série L'affaire Thomas J.

BTN

Cher citoyen, nous interrompons votre programme pour vous informer d’une situation extrêmement grave et importante. Il y a de cela quelques minutes, l’Empire a subi une grave attaque, sur le territoire nord-américain.

Entendant ces mots, tout la petite foule qui était en train de fouiller la caverne d’Ali Baba s’arrêta net et se dirigea vers l’écran. Toute la salle fut plongée dans le silence, écoutant patiemment le speaker de Deisny raconter la terrible catastrophe qui venait de se produire.

En effet, il y a de cela quelques heures, des sous-marins de l’état renégat de Russie a réussi a passer nos défenses, pour tirer plusieurs missiles nucléaires. Selon les informations recueillies par le département de défense MCGM, plusieurs villes, dont Denver étaient visées par cette attaque. L’attaque a réussi à être contenue et les missiles déviés vers la zone interdite depuis le Grand Tsunami. Les engins de la mort se sont écrasés sur l’ancienne ville de New-York, partiellement engloutie depuis le raz de marée géant qui déferla sur toute la côte Est.

Thomas fronça les sourcils. A sa connaissance, aucune technologie au sein de corporations ne pouvait dévier des missiles. La technique connue consistait principalement à abattre les projectiles avant qu’ils n’atteignent leur cible. Pour lui, ce qui était annoncé par le speaker n’était tout simplement pas crédible. Il garda sa réflexion pour lui, laissant le présentateur continuer ses élucubrations.

Les services de renseignement nous ont fait également par que cette brèche dans nos défenses est due à plusieurs de nos concitoyens, dont l’un est recherché depuis plusieurs mois.

La bouille du présentateur s’efface, laissant place à des photos prises par des caméras de surveillance et des drones. Effarement total. La première tête qui s’affiche à l’écran n’est autre que Thomas.

Cet homme, ancien membre du service de sécurité de MCGM a disparu il y a quelques mois, emportant avec lui pléthore de données confidentielles. Les quelques rares éléments de l’enquête nous indique qu’il a été en contact avec plusieurs personnes, qui auraient peut-être servis d’intermédiaires avec le peuple renégat.

Changement d’images. Au grand étonnement général, c’est autour d’Aria, Orbo et Harry d’être montrés à l’écran. Les images sont nettes et ils reconnaissent tous clairement qu’elles ont été prises dans la cité souterraine.

Toujours selon les services de renseignement, ces dangereux terroristes seraient encore actifs sur le territoire nord-américain. Tout élément pouvant conduire à leurs arrestations sera hautement récompensé. Nous insistons également sur le fait que ces individus sont armés et extrêmement dangereux. Nous vous tiendrons informés de toute évolution sur cette situation qui nous place en état de guerre. Restez connectés.

Sur ces paroles, le flash info cessa, laissant les émissions habituelles reprendre leur cours. Un énième show de télé-réalité, où de pauvres individus essaient de montrer qu’ils ont un incroyable talent. Sortir du lot, tenter de devenir la nouvelle star éphémère qui sera oubliée de toutes les mémoires dans moins de six mois.

Orbo coupa le son du télécran. Tous étaient abasourdis par cette nouvelle, laissant la place à un silence de mort dans l’abri. Les maraudeurs entouraient les réfugiés, ne sachant pas comment réagir. Finalement, Ismail rompit le silence.

« Je pense que nos nouveaux amis doivent digérer à leur aise les informations qu’ils viennent de recevoir. Laissons-les quelques instants, qu’ils puissent discuter de toute cette histoire loin de nos regards interrogateurs. »

Toute la salle se vida en l’espace de quelques secondes. Aria, Harry, Orbo, Bernard, Thomas et les ambassadeurs sud-américains se retrouvèrent enfin au calme. Mais tout le monde restait silencieux, un air interdit au visage. Harry semblait le plus abattu de la troupe.

« -On est fait comme des rats. Lorsque je vois ce flash info, j’ai l’impression que nous avons été victimes d’un coup monté. Qu’il a été préparé de longue date.

– J’ai la même impression, Harry.

Après avoir prononcé ces mots, Thomas commença à expliquer son analyse.

« La vidéo a été minutieusement préparée. La première affirmation qui m’a interloqué n’est autre que cette histoire de missile. A ma connaissance, les corporations ne disposent pas d’une telle technologie. La seule qu’ils aient est une technique pour les détruire en plein vol : les missiles PATRIOT-B. Je suis persuadé que les bombes qui ont explosé sont le fait des appareils qui ont survolé cette zone avant la déflagration. Tout comme une attaque par les airs n’est absolument pas suffisante pour détruire la ville souterraine. Je suis sûr et certain qu’il y a également eu des explosions souterraines. »

Il fit une pause, mais comme personne n’émettait le moindre son, il continua plus loin ses réflexions.

« Mon analyse suivante risque par contre d’être fragmentaire. Avec l’opération au crane, le fait que j’aie du mal à m’en remettre, j’ai des blancs. Enfin, c’est plutôt le contraire : j’ai certains souvenirs, le reste n’est que zone d’ombre. Je ne me rappelle pas grand-chose de la fuite. Dans mes souvenirs, il y avait un gros lézard, comme celui qui a failli me buter il y a quelques semaines. »

Il marqua à nouveau une pause et regarda tout le monde, pour avoir confirmation de ce qu’il avait affirmé. Les hochements de tête lui prouvèrent que son imagination ne lui avait pas joué quelque vilain tour.

« Ok. Donc, il y avait bien cette créature dans NNY. J’imagine qu’elle ne devait pas être seule, tout elle doit être de mèche avec les corporations, sinon nos tronches ne seraient pas passées sur Deisny. La question que je me pose : comment cette chose a-t-elle pu rentrer dans la ville ? »

Harry expliqua tout ce qu’il savait dans les moindres détails : les Russes. Le conseil restreint. La mort d’Ishtar. Les multiples coups de feu. Le sacrifice de Genghis. Il n’omit aucun détail.

Après quelques secondes de réflexion, Thomas reprit la parole, en se tournant vers les deux Sud-américains.

« -Vous êtes de quel coin ?

– Brézil.

– Vous êtes donc alliés aux Russes, non ? Historiquement parlant, vous faites parties des BRICS. »

Tous les regards se tournèrent vers les deux délégués latinos. Et ils n’étaient pas forcément amicaux. L’un d’eux, le délégué principal, prit la parole.

« Oui, vous avez raison. Mais vos données sont incomplètes. Avec l’apparition du Nouvel Empire, nos relations avec les autres pays des BRICS sont devenues de plus en plus rares. Difficultés de communication, chacun en plus devant lutter pour sa propre survie. Hormis quelques rares opérations militaires, nous n’avions plus réellement besoin de coopérer, les BRICS s’étant érigés pour lutter contre le FMI et la surpuissance américaine.

– Et ce type, Yuri, vous le connaissiez ?

– De nom uniquement. Les rares contacts que l’on avait avec les Russes se passaient avec un autre subalterne du président.

Orbo leva la voix.

« Le problème c’est que l’on doit vous croire sur parole. Nous n’avons aucun moyen de vérifier vos dires. »

Aria essaya de tempérer.

– Rien ne nous dit qu’ils étaient vraiment Russes, Orbo. Avec les corporations, je ne serai plus étonnée de rien. Peut-être était-ce une unité d’élite, d’inflitration ou autre truc tordu de ces lézards.

Le délégué latino répondit cependant à Orbo.

– Oui, c’est vrai, vous n’avez aucune façon de vérifier nos dires. Mais comme annoncé à la réunion, nous pouvons vous accomplir une part de boulot. Ernesto, mon subalterne a un contact bien placé dans les corporations. Laissez-nous vous aider. »

Silence de mort à nouveau. La paranoïa semblait atteindre tout le monde. Harry reprit la parole.

« Je pense que de toute façon, nous n’avons pas le choix. » Alors, essayons de démêler ce problème ensemble. Essayons de mettre notre plan à exécution. C’est la seule porte de sortie si on veut s’en sortir vivant. »

Cette histoire est la trente-deuxième partie de L’affaire Thomas J, petite nouvelle dans l’univers 2042. Cette histoire et ce blog vivent grâce à vous. Merci de me soutenir, que ce soit avec un Prix Libre, en me soutenant sur Tipeee, et en partageant ce billet autour de vous. Vous pouvez également me suivre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Diaspora.

Image de Mohamed Elgohary sous licence CC-BY

Series Navigation<< Opération Bombe Humaine – 31Opération Bombe Humaine – 33 >>


Les commentaires sont clos.